Pierre Naudin

Cycle d’Ogier d’Argouges Cycle de Tristan de Castelreng Cycle de Gui de Clairbois Cycle de Richard de Clairbois
Autres ouvrages de Pierre Naudin
La Malédiction des Trencavel
Romans historiques
Histoire et mystères
Biographies
Pierre Loti
Littérature
Folklore, Contes et Légendes
Cuisine
Humour
Régions

Pays Basque Gascogne-Pyrénées Landes Bordeaux-Gironde Poitou-Charente-Vendée Languedoc Provence-Côte d'Azur Marseille
Également au catalogue

Site réalisé avec le concours
de la DRAC Aquitaine

 


A paraître

Les titres Les auteurs

 

 
Littérature
Le Brouillard finit toujours par se lever
Le Brouillard finit toujours par se lever
ISBN-10 : 2-84498-034-1
ISBN-13 : 978-2-84498-034-2
Format : 14 x 20,5
19 €

Y a-t-il, quelqu'un pour aimer le brouillard ?
Un soir de décembre engoncé dans un épais brouillard, Arnaud Deforge, cinq ans, disparaît à la sortie de l'école. Noyade ? Enlèvement ? Meurtre ? A Vilbrac, au cœur de la Charente, tout le monde s'interroge sur la disparition du fils des garagistes.

Rosa-Lucia Blasquez, artiste peintre échouée là dans un exil volontaire, Étienne Mirmont, commercial désabusé qui navigue tant bien que mal dans les aléas du célibat, Monique Cadaujac, institutrice mélancolique que la Vie a laissée sur la touche du bonheur et qui aimerait bousculer sa solitude rurale… bien d'autres encore - gendarmes, journalistes, habitants de Vilbrac et d'ailleurs – voudraient que se dissipe ce manteau pesant.
Dans le village où tout le monde suspecte tout le monde, le brouillard s'épaissit dans les âmes au fur et à mesure que se prolonge le mystère. La peur que ne recommence le drame alimente une atmosphère délétère. L'enquête lourde et difficile prend ses quartiers d'hiver.
Mais, dans ce microcosme traumatisé où l'atroce vérité se terre un peu plus chaque jour, surgit une embellie lumineuse comme seul l'arc-en-ciel de l'amour sait en provoquer.

Les auteurs de ce roman à suspense psychologique ont publié déjà une trentaine de livres dans divers domaines. Avec « Le brouillard finit toujours par se lever » ils nous offrent un roman captivant où même le style, à la fois incisif, inventif et chatoyant, participe à l'intrigue. S'ils sont persuadés que la littérature peut résulter d'une écriture collective, ils n'en sont pas moins convaincus que cette réunion n'est créative que si les deux écrivains se vouent dans leur relation une ferveur particulière.