Pierre Naudin

Cycle d’Ogier d’Argouges Cycle de Tristan de Castelreng Cycle de Gui de Clairbois Cycle de Richard de Clairbois
Autres ouvrages de Pierre Naudin
La Malédiction des Trencavel
Romans historiques
Histoire et mystères
Biographies
Pierre Loti
Littérature
Folklore, Contes et Légendes
Cuisine
Humour
Régions

Pays Basque Gascogne-Pyrénées Landes Bordeaux-Gironde Poitou-Charente-Vendée Languedoc Provence-Côte d'Azur Marseille
Également au catalogue

Site réalisé avec le concours
de la DRAC Aquitaine

 


A paraître

Les titres Les auteurs

 

 
Pays Basque
Le chirurgien et le berger
Le chirurgien et le berger
Deux héros de la Résistance au Pays basque
Meg Ostrum
Traduit de l'américain par Xavier Guesnu
ISBN 978-2-84498-146-2
Format : 15,3 x 24 cm
272 p.
23 €


Nouvelle édition en préparation (printemps 2019)

Mendive, village du Pays basque, et la forêt d'Iraty, zone frontière avec l'Espagne, furent le théâtre de hauts faits de la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale. En 1942, Charles Schepens, jeune médecin ophtalmologiste belge, va sous le nom de Jacques Pérot y reprendre l’exploitation forestière en remettant en service sa scierie et son câble d’approvisionnement à travers la montagne à l’abandon depuis quelques années.
Se faisant passer pour collaborateur, « Monsieur Pérot » mystifia les Allemands aussi bien que la population basque locale. Avec le soutien du berger basque Jean Sarochar, être fantaisiste, désintéressé, épris de liberté, considéré par les habitants comme « le plus grand menteur du village », il organisa un réseau d’évasion et de passage de documents de renseignements d’une prodigieuse efficacité et d’une telle discrétion que l’histoire aurait pu les oublier.
Ce n’est qu’après sa fuite en Angleterre que les services de renseignement britanniques, à Londres, prirent la mesure de l’importance de l’opération secrète de la scierie de Mendive. Parmi les milliers de personnes qui parvinrent à fuir à travers les Pyrénées, une bonne centaine doivent la vie au docteur Charles Schepens et à Jean Sarochar.

Charles Schepens, né à Mouscron (Belgique), le 13 mars 1912, fils de médecin, acheva ses études médicales et entra dans le service de santé des armées au moment où l’Allemagne envahissait la Belgique en mai 1940. En 1942, poursuivi par la Gestapo, Schepens s’enfuit vers la France et s’engage résolument dans la Résistance. Suite à une indiscrétion, le secret d’Iraty est éventé, et Schepens doit prendre à son tour la fuite en 1943, en laissant femme et enfants ; il terminera la guerre en Angleterre, où le rejoignit sa famille miraculeusement rescapée.
Immigré aux États-Unis en 1947, il créa la
Retina Foundation en 1950, rattachée aujourd’hui à l’université de Harvard (www.schepens.com). À la tête de ce centre de recherches de pointe, il multiplie les innovations chirurgicales. Père de la chirurgie moderne du décollement de la rétine, sommité mondiale de l’ophtalmologie, il s’est éteint à Boston, le 28 mars 2006 peu de temps après s'être vu décerner la Légion d’honneur.

Jean Sarochar (1892-1975), berger basque, grand raconteur d’histoires en tout genre, fut un héros de la Première Guerre mondiale et de la Seconde. L’estime, la reconnaissance et l’amitié que lui porta le docteur Schepens montrent de façon exemplaire que, dans des circonstances tragiques, l’amour de la liberté rapproche intimement des hommes et gomme les différences d’origines et de culture qui en des temps ordinaires les auraient séparés.