Pierre Naudin

Cycle d’Ogier d’Argouges Cycle de Tristan de Castelreng Cycle de Gui de Clairbois Cycle de Richard de Clairbois
Autres ouvrages de Pierre Naudin
La Malédiction des Trencavel
Romans historiques
Histoire et mystères
Biographies
Pierre Loti
Littérature
Folklore, Contes et Légendes
Cuisine
Humour
Régions

Pays Basque Gascogne-Pyrénées Landes Bordeaux-Gironde Poitou-Charente-Vendée Languedoc Provence-Côte d'Azur Marseille
Également au catalogue

Site réalisé avec le concours
de la DRAC Aquitaine

 


A paraître

Les titres Les auteurs

 

 
Provence-Côte d'Azur
Sainte-Victoire : Magique Montagne
Sainte-Victoire : Magique Montagne

Photographies Laurencine Lot
Texte Jean Verdun
Avant-propos Anatoli Vassiliev
ISBN 978-2-84498-148-6
24 x 32
160 p.
30 €

Comment Sainte-Victoire a-t-elle influencé toute la peinture occidentale du xxe siècle ?

En déroutant Cézanne.

Montagne tutélaire du pays aixois, visible alors de partout dans Aix et dans ses environs, elle s’est imposée à l’enfant Cézanne. Par la nature de sa roche prête à toutes les métamorphoses, par ses formes si particulières, Sainte-Victoire accroche la lumière et défie le plus grand peintre de son temps, celui qui aura le plus d’influence sur les peintres occidentaux du siècle dernier.

Sainte-Victoire ne s’adresse pas seulement à l’œil. C’est par l’esprit qu’elle doit être saisie. Cézanne l’a compris et va s’y prendre et s’y reprendre des centaines de fois. Sur la fin de sa vie, il se consacre à elle tout entier, convaincu qu’elle existe par la lumière provençale du pays aixois encore plus que par sa roche.

C’est une magique montagne.

Sainte-Victoire ne reste jamais la même d’une heure à l’autre. Elle va, elle vient, se rapproche, s’éloigne, se dissimule, tantôt rocheuse, tantôt laiteuse, diaphane ou translucide. C’est une comédienne, et Jacqueline de Romilly, universitaire renommée, ne s’y trompe pas quand elle se rend sur le plateau de Bibémus pour la contempler « dans son grand numéro du soir ».

À travers le regard de Laurencine Lot, Jean Verdun met son pouvoir en lumière. Il a parlé d’elle et de son importance capitale des dizaines de fois avec André Masson, qui fut son voisin au Tholonet.

Laurencine Lot, photographe des comédiens en scène, était prévenue quand elle a été prise par Sainte-Victoire. Cette magicienne se joue des peintres et des photographes. Il faut la saisir à l’instant même de ses métamorphoses.

Les photographies de Laurencine Lot ont toutes reçu un nom. Sainte-Victoire sera tour à tour L’Orgueilleuse, La Timide, La Dominante, L’Illuminée, La Disparue, La Somptueuse, La Royale, L’Absente, La Diva et beaucoup d’autres.