Pierre Naudin

Cycle d’Ogier d’Argouges Cycle de Tristan de Castelreng Cycle de Gui de Clairbois Cycle de Richard de Clairbois
Autres ouvrages de Pierre Naudin
La Malédiction des Trencavel
Romans historiques
Histoire et mystères
Biographies
Pierre Loti
Littérature
Folklore, Contes et Légendes
Cuisine
Humour
Régions

Pays Basque Gascogne-Pyrénées Landes Bordeaux-Gironde Poitou-Charente-Vendée Languedoc Provence-Côte d'Azur Marseille
Également au catalogue

Site réalisé avec le concours
de la DRAC Aquitaine

 


A paraître

Les titres Les auteurs

 

 
Provence-Côte d'Azur
Proses de l'Almanach Provençal
Proses de l'Almanach Provençal
Gerbes de contes, légendes, récits, fabliaux, sornettes de ma mère l'oie, facéties, devis divers
ISBN 978-2-84498-127-1
Format : 16 x 22
352 p.
23 €

“C’est dans sa prose que Mistral est le plus vrai, le plus sensible des chroniqueurs de la vie paysanne de cette terre élue...”
Marie Mauron


 

Récits joyeux, facéties, sornettes, gausseries et gaudrioles, contes ou proses légères, expriment avec justesse et saveur l’âme et le génie de la Provence. Son grand poète, Frédéric Mistral, « pour avant tout apporter joie, soulas et passe-temps à tout le peuple du Midi », publia l’essentiel de ses textes en prose, sous divers pseudonymes, dans le célèbre Armana prouvençau.

« Impossible de dire, écrit-il dans Mes Origines – Mémoires et Récits, le soin, le zèle, l’amour-propre que Roumanille et moi avions mis sans relâche à ce cher petit livre, pendant les quarante premières années (…) et si le peuple provençal, un jour, pouvait disparaître, sa façon d’être et de penser se retrouverait telle quelle dans l’almanach des félibres. »

Ces proses d’almanach, destinées à un large public, épris de traditions populaires, sont autant de témoignages de la renaissance littéraire provençale au XIXe siècle. Elles furent publiées en trois volumes, divisés chacun en sept gerbes, bien des années après la mort de Mistral, chez Bernard Grasset. Pierre Devoluy (1862-1932), mistralien fervent, grand animateur du mouvement félibréen, majoral puis capoulié de 1901 à 1909, se chargea d’en assurer l’édition et de les traduire en français.