Pierre Naudin

Cycle d’Ogier d’Argouges Cycle de Tristan de Castelreng Cycle de Gui de Clairbois Cycle de Richard de Clairbois
Autres ouvrages de Pierre Naudin
La Malédiction des Trencavel
Romans historiques
Histoire et mystères
Biographies
Pierre Loti
Littérature
Folklore, Contes et Légendes
Cuisine
Humour
Régions

Pays Basque Gascogne-Pyrénées Landes Bordeaux-Gironde Poitou-Charente-Vendée Languedoc Provence-Côte d'Azur Marseille
Également au catalogue

Site réalisé avec le concours
de la DRAC Aquitaine

 


A paraître

Les titres Les auteurs

 

 
Gascogne-Pyrénées
Une Saison en Béarn
Une Saison en Béarn
ISBN-10 : 2-908650-52-5
ISBN-13 : 978-2-908650-52-5
Format : 14 x 20,5
15 €

Un écrivain occupé à calquer un été ensoleillé sur la vie du poète Paul-Jean Toulet, de Pau à Guéthary, accepte l'intrusion de l'auteur des « Contrerimes » dans l'intimité qu'il partage avec sa compagne. La biographie qu'il consacre à cet auteur singulier prend tout à coup un aspect si vivant et coloré qu'il semble que le poète impose sa présence et ses vues aux deux vacanciers aussi empressés l'un que l'autre à explorer son œuvre.
Lui-même romancier et poète, Jean Dubacq fait revivre, au fil du temps et des pages, un auteur qui mérite d'être davantage que cette "idole d'une société secrète", selon la formule heureuse de Michel Déon. Au gré des circonstances, il fournit les précisions relatives à ses écrits, à sa vie sentimentale, à ses voyages et jusqu'à ses manies.
On voit dans cette biographie originale, la fortune et la malchance se disputer un destin. La malchance gagna, aidée par l'insouciance "artiste" de sa victime. Elle cède aujourd'hui à une révision des valeurs qui fait apparaître l'évidente modernité d'une œuvre trop longtemps négligée : car, il n'était pas bon pour un auteur de mourir en 1920 quand, débarrassée d'une guerre, la vie intellectuelle se cherchait de nouvelles voies. Encore moins, à quelques jours près, de mourir avant de voir ses œuvres enfin éditées.
Qu'il réintègre, dans l'actuelle vie littéraire, le concert des maîtres auxquels nous aimons nous référer, n'est que justice.